Numérobis en Chine

15 août 2008

Voyage au Qinghai

Je ne recopie ici que les notes prises au cours de mon voyage dans le Qinghai. Une province un peu plus sauvage que ce que j'ai visité en Chine jusque-là.

21 Juillet

Partis hier soir. La gare de Xi'an à 22h30 est impressionante. Beaucoup de monde, assis ou debout, qui attendent, qui sont là. J'ai réservé une cabine "soft sleep". Je discute un peu avec notre compagnon de cabine. La nuit n'est pas calme. J'ai l'impression que le train roule à tout allure. Le tout est cahotique. Au réveil, nous découvrons le paysage : colline, petite maisons, le ciel est gris. La ligne suit le fleuve jaune je crois. Nous arrivons à Lanzhou. Cette ville, pourtant bien chinoise, se distingue par sa densité, qui lui donne un côté européen.  Nous suivons une grosse artère (très chinoise celle-là), puis bifurquons dans une petite rue non-bitumée qui nous mène à une cour tranquille. Petit-dèj et exercice du matin sur les instruments installés là. Et dont les chinois (et moi aussi!) raffolent. Taxi pour la station de bus. Au guichet, on nous demande la photocopie de notre passeport et de notre visa. Ca ne m'était jamais arrivé jusqu'ici. De nombreuses ethnies habitent le Qinghai. Dont beaucoup de Tibétains. Un francais nous dit qu'il est impossible, pour les étrangers, de se rendre à Xiahè, où se trouve un temple bouddhiste important. Tant pis, nous prenons le bus pour Linxia. Le trajet, les paysage de moyenne montagne. Brumeux. Nous trouvons un hôtel (relativement miteux) sur Linxia. Après un plat de nouilles (qui fut peut-être cause d'une indigestion alimentaire...) copieux (Jarek, le petit malin, se contente d'une soupe claire ), nous nous rendons à Wanshanguan, un complexe taoiste.
IMG_3053C'est la première fois que je visite un temple aussi abandonné en Chine. Nous avons une vue d'ensemble sur la ville. Moche. Nous redescendons et nous dirigeons vers une grande place vide avec une horrible sculpture rouge. Nous nous perdons dans les petites rues. Ici les gens ne voient quasiment jamais de laowai. A l'exeception de quelques rares visages fermés, les gens sont encore plus souriants et amicaux qu'à Xi'an. IMG_3064
IMG_3061IMG_3062

Pas loin d'une mosquée, une jeune fille voilée nous accoste en anglais. Nous lui disons que nous voulions voir la mosquée (hideuse par ailleurs...). Elle s'en trouve enchantée. S'en suit donc des tractations avec des hommes importants. On nous laisse entrer. Hypocritement, je demande si je dois me voiler. Cela fonctionne, on refuse et me remercie pour mes " bonnes manières". Je trouve l'expression interessante. Aisha nous explique des tas de choses sur l'islam. Elle est très convaincue... Mais, elle n'a pas 18 ans et parle déjà un très bon anglais. Elle s'efface néanmoins devant des hommes (et même devant son petit frère de 6 ans, qui lui peut pénétrer dans la mosquée sans autorisation spéciale...). Il y a là une école (coranique?) et de jeunes élèves ravis de nous voir là. Aisha nous invite ensuite à manger du "sweet wheet". On discute de Mohammed Yunnus, qui est apparemment une de ses idoles. Après échanges d'E-mail et moultes remerciements, nous quittons Aisha et rentrons à l'hôtel.

22 juillet

IMG_3079Nous essayons d'abord encore de nous rendre à Xiahè. Toujours aussi "bu ke yi". Hm. Nous cherchons donc le bus pour Xunhua. Trouvé. Se remplit peu à peu. Il ramassera quelques personnes au passage. Les paysages sont magnifiques et la route.. cahotique. Au début, nous avoncons très doucement à travers les villages. La route est, je crois me souvenir, rarement bitûmée. Le bus commence ensuite l'ascension de moyennes montagnes. Je suis pas rassurée, rassurée. Surtout quand le bus doit faire une marche arrière pour passer un trou dans la route, alors que celle-ci n'est bordée d'aucune barrière...Bref, après un périple de 5 heures, nous arrivons à Xunhua, fatigués. Premier vrai repas chinois pour Jarek. " Beef nuddles", épicé bien sûr. On s'achète une pastèque que nous mangeons au bord du mythique fleuve jaune. On s'achète ensuite quelques trucs à manger, puis on marchande un taxi (qui nous faisant un prix défiant toute concurrence, suscite le courroux des ses collègues...) pour la réserve naturelle Mengda. La route serpente le long du Huang He (Fleuve jaune !!). Arrivé là, on nous place dans un véhicule pour nous hisser au premier plateau. Puis des enfants nous assaillent avec leur chevaux afin que nous fassions l'ascencion avec eux. Séduits par l'idée, nous montons chacun un cheval. Aririvé en haut, on nous extorque encore un euro de plus pour les sacs. Nous protestons pour la forme, et ne pas donner une mauvaise image du touriste. IMG_3090Nous "dînons" au bord du lac (le Tian chi), magnifique. On commence un tour du lac, avec pause croquis et photos. Nous continuons, mais pas bien loin: l'un des pontons est brisé, ce qui nous oblige à faire demi-tour. La nuit est tombée, assez rapidement. On frappe à une cabane pour demander où nous pourrions dormir. Deux gosses nous installent dans une tente et nous "offrent" cet abri pour... 100 kuai !!! Je leur fait part de notre mécontentement. Cette expression désuète correspond assez bien à ce que je parviens à dire dans mon chinois rudimentaire : "je ne suis pas contente, tu es un mauvais garcon...". et oui, je fais ce que je peux. Ils nous quittent, goguenards. La nuit est agitée car nous entendons des pas autour de la tente.

23 juillet

IMG_3204Le matin, les mêmes gosses mettent de la techno chinoise à fond... Un instant j'apercois uen petite tête nous observant par la fenêtre. La tête disparaît rapidement. Moi : "NIHAO!". Une demie-heure plus tard, le manège se répète. Finalement, nous sortons de notre "chambre". Je paye de mauvaise grâce et leur redis ce que je pense de leurs manières...Petits-déjeuner au bord du lac. Bronzage, discussion, séances photos avec quelques touristes chinois. " Ascenscion" de la colline la plus proche. Puis, nous nous résignons au retour vers Xunhua. Arrivés à Xunhua, nous cherchons un hôtel (nous ne repartirons que le lendemain). Balade dans Xunhua. Un de ses quartiers est fascinant. Les murs sont en terres ou en briques, et il n'y a que des petits chemins. Conservé ou pas encore détruit ? Semble pourtant nouvellement construit, en respect des constructions traditionnelles, mais pas kitsch du tout !!! ce qui est rare en Chine.., Nous arrvons au bord du fluve jaune, où une large esplanade avec des gradins est aménagé pour accueillir les spectateurs du " Huang He swimming challenge". IMG_3245Euh, alors, nager dans un fleuve mythique, c'est sympa, mais alors, le courant me parait très fort... Un jeune homme nous accoste et nous discutons. Il parle un peu anglais (en tout cas, mieux que je ne parle chinois...). Nous trouvons une sorte de restaurant d'hôte, où l'on mange sur un lit ! Des sortes de poix mange-tout et un soupe de crevettes. Accompagné de thé de Xunhua (enfin, c'est ce que nous dit le chef). Retour à l'hôtel. Jarek découvre avec fascination la télévision chinoise. Je me dit que j'aurais dû plus regarder la télé pendant mon séjour.

IMG_3231





























24 juillet

Tibétains
IMG_3271IMG_3276IMG_3277IMG_3279






IMG_3293Le bus pour Tongren part vers 9h. Nos compagnons de voyages sont, je crois, essentiellement Tibétains et  Hui. Les paysages sont magnifiques (encore).  Il y a beaucoup de drapeaux (pas chinois, peut-être Tibétains, ou de la région). Les habitations entourées d'un haut mur de terre me fascinent. Quatres murs hauts de 3 mètre environs, une entrée la plus majestueuse possible, un jardin fleuri et 2 ou 3 corps de bâtiments. Au milieu des champs de blé. Nous atteignons un passage plus montagneux, assez verts. Nous pouvons voir des tentes de nomades, des Yachs. Arrivés, on dévore une soupe. Beef nuddles, pour changer... Ensuite on attrape un taxi pour wutun Si, un monatère bouddhiste. Il nous prend 20 kuai. Toujours négocier AVANT de monter dans le taxi. Dans une anglais hâché (mais toujours meilleur que mon chinois, comme quoi, ca me laisse de l'espoir), nous fait la visite. Le nouveau temple et le temple de 200 ans nous sont accessible. Pas celui de 1000 ans,IMG_3297 qui est, en été de toutes facons interdit aux femmes. Bouddhisme, Islam, même combat. IMG_3308Notre moines nous montrent ensuite sa collection de Tongkha (peintures religieuses bouddhiste). Certaines sont très interessantes, d'autre plutôt kitsches... Nous en achetons une chacun. Les petits formats. Nous continuons à pieds à travers la vallée jusque guomari Si, un autre temple bouddhiste. Nous n'avons accès qu'à l'imposante Stupa, située à l'extérieur de l'enceinte du temple. Nous restons quelques instants là-haut. Des montagnes sèches et rouges contrastent avec la vallée verdoyante. Une Stupa doit se monter et se descendre dans un sens précis (comme dans Tintin...).

Un taxi pour Tongren

4 kuai cette fois. Faut pas chercher à comprendre. Un hôtel. Je m'apercoit que voyager est très fatiguant. Je suis crevée. Une violente dispute éclate dans l'hôtel. Nous, on est impressionné... Les portes claques. Fort. Des hommes crient. Je suis prète à sortir par la fenêtre (j'avais l'air aussi con que Monsieur Mann (le petit) dans the great dictator).


IMG_3305
















25 juillet

IMG_3316Le bus pour Xining démarre vers 10 heures. Nous nous préparons à 4 heures de Bus. Le chauffeur roule vite mais la route vers la capitale est relativement neuve et bien entretenue. A travers les montagnes, nous longeons d'abord une rivière et la construction d'un canal. Puis des montagnes rouges plongent dans un lac aux eaux turquoises, bordé de verdoyantes forêts. Excusez moi de me la jouer sous poète à la mord moi le billon, mais je ne fais que décrire !!! Arrivés à Xining, c'est un peu le chaos, et pour des raisons logistiques, nous devons renoncer au Qinghai Hu, qui était initialement, le but de notre avoué. Comme dirait Jarek : Der Ziel ist der Weg. Mouai... Enfin, j'essaie de m'en convaincre... Nous cherchons donc un taxi pour le monastère Ta er Si. Le monastère où la secte des bonnets jaunes fut crées. IMG_3329Nous nous baladons tranquillement. Jarek salue chaque moine et moinillon que l'on croise. Quelques chose de frappant est qu'ils sont présents partout dans la ville : au supermarché, dans une banque, à une table de billard, dans un magasin de chaussures... Il faut dire que la ville semble vivre économiquement grâce au monastère. Une rue est bordée de forgerons qui forgent (héhé) des éléments de déco bouddhistes. Je regrette de ne pas avoir pris la photo de ce moine arborant un balai à chiotte nouvellement acquis. Nous avons visité le palais du panchen lama, mangé dans un restaurant tibétains (enfin, je suppose) et échoué à l'hôtel Tongkha, qui est une très bonne surprise. Décoration (de bon goût) tibétaine. C'était le luxe !
IMG_3338

26 juillet


Semi petit-déjeuner européens. Les serveuses sont mortes de rire, je sais pas pourquoi. Balade dans la ville, montée d'une colline décorée de tissus traditionnels tibétains. Puis le temple. Rentrée à Xining, train pour Lanzhou (dans lequel des fonctionnaires vendent toutes sortes de gadget possible : des fuwawas _ ces ridicules mascottes olympiques_ qui font de la lumière, des trucs avec Mao dessus, des stylos qui font de la lumière...). Nous décrochons deux tickets en hard sleep (pas de cabine, pas de cloisons...) pour Xi'an à 1.46...

Posté par numerobisenchine à 22:56 - - Commentaires [0] - Permalien [#]


15 juin 2008

Indiana Jones

IMG_2961Début juin, je suis partie toute seule pour Chen Lu, un village à 2-3h en bus au nord de Xi'an. 12H. Je sors du bureau. Libertad ! Je me rend à la gare de bus de Xi'an. Si vous voulez voir la Chine et vous prendre pour Indiana Jones, allez à la gare de bus de la ville Chinoise où vous trouvez. Bref, j'achète mon ticket, des bouteilles d'eau et demande où se trouve le bus en partance pour Tongchuan. Hop, je m'installe, sors mes cacahuètes (les chinois mangent toutes sortent de cacahuètes tous le temps) et les grignote chinoisement. Le bus démarre. La radio fait entendre un publicité avec la musique d'Indiana Jones (Tain tai dain, tain, ta da...). On s'y croirait. Je me met à parler avec ma voisine (comme le ferait tout Indiana Jones digne de ce nom). Mais la passionante conversation s'arrête comme toujours au bout de 5 minutes, par un "ting bu dong" (=je ne comprend pas, ou plus précisément : "j'entends, je ne comprend pas"). De mon interlocutrice, je ne tire pas non plus d'information interessante sur un quelconque trésor enfoui à Chen Lu. Arrivée à Tongchuan, je cherche le bus pour aller à Chenlu. Je demande à plusieurs personnes et essaye d'éviter les "hello lady, where are you going, moto, moto" des rickshow motorisés dont les standards de sécurité me semblent plus que douteux. Finalement j'opte pour le taxi. Le taxi s'en va dans la montagne ! Le sentiment que j'ai est électrisant : seule, en chine, sur le siège avant d'un taxi, quelques bribes de conversation avec son conducteur, et un paysage de montagne magnifique, du soleil et du vent. Je vois des cultures en terrasse, des habitations troglodytes, et des murets essentiellement composés de poteries. J'arrive à Chen Lu. Je m'arrange avec le chauffeur pour qu'il repasse demain à la même heure (ca aussi, ca fait très Indiana Jones). Ma première visite est un atelier de poterie. La plupart sont moches, mais deux femmes sont là à fabriquer des poteries.

IMG_2969Le village est tout en montée et en descente. Je monte donc ! Chen Lu entier est un atelier de poterie. Presque chaque habitant vit de ca. Les murets entourant les maisons sont composés de pots de toute tailles. Noir, vert, bleu, blanc. Par terre aussi, des morceaux sont à ramassés, à demi enfouis dans la terre. Je cherche un endroit où passé la nuit. On me dit que la maison là-bas, loue toujours des chambres pour la nuit. Je m'y rend donc. Le couple me montre la chambre. Ok. Sous un abri, des enfants jouent au ping-pong. Je ressors pour aller manger. Des nouilles, pour changer. Des images des sauvetages du tremblement de terre défilent à la télévision. C'est lourd à regarder.

IMG_2974De retour chez mes hôtes, je me joint à la mère qui regarde les petits jouer au billard. Ils ont une interessante technique. Ils utilisent la queue dans le mauvais sens, et poussent les boules dans les trous. J'essaie de leur montrer, que, bah, c'est pas comme ca exactement qu'on joue au billard, mais ils s'en foutent, bien sûr. Bon, je vais me coucher. Je partage le petit-déjeuner avec eux. Vas-y camille, hésite pas surtout, reprend de la sauce pimentée aux légumes sur ton baozi (une sorte de petit pain blanc rond et très compact)... à 8h du mat' !!!

IMG_2990Bref, je me rebalade dans Chen Lu, m'essaie à un croquis de paysage (impossible...), prend quelques photos. Ensuite, jeme rend sur le marché. Une moto, avec 4 chèvres vivantes attachées à l'arrière se fend un passage dans la foule à coup de klaxons. Pour le coup, ca ca fait Kusturica... Bref, après quelques tours quelques photos de plus, je m'en retourne. Les retours à la ville, bienque j'aime beaucoup Xi'an, sont toujours étranges. La différence, est simplement énorme.

Posté par numerobisenchine à 14:53 - Commentaires [0] - Permalien [#]

14 juin 2008

Je sais, ca n'a rien à voir avec la Chine, mais aujourd'hui, je ne pouvais pas m'empêcher.
Vive l'Irlande !

irlande

Posté par numerobisenchine à 23:52 - Commentaires [0] - Permalien [#]

20 mai 2008

la chine magnifique et la chine qu'est moche/wunderschöne China, und die, die hesslich ist

ARTIKEL AUCH AUF DEUTSCH !!!

IMG_2911Un des mes trucs préférés et des plus dépaysant à Xi'an, ce sont les quartiers Hui. Les rues habitées par l'ethnie musulmane des hui, je veux dire. Près de chez moi, il y a une rue très vivante. Dans une cour intérieure quelques tables, à l'entrée, des nouilles dans un wok, des grillades. Et de la musique arabe, en chinois !!! Enfin, je crois... Bien sûr, il y a aussi huiminjie. La rue hui du centre-ville. Touristique. Géniale la nuit. Les tables sont sorties, et les restaurants se répandent sur la rue. Et il y a la grande mosquée aussi. J'y suis allée 3 fois. les tuiles bleues, les arbres, les fleurs. J'adore. Quelques éléments arabisants dans un temple chinois. Calme et plus frais que le reste de la fournaise Xiannoise.


IMG_2914Ein meinen Lieblingsorte in Xi'an ist die Hui Vierteln. Die Hui sind die Muslims von China. Bei mir um die Ecke, gibt eine sehr lebendige Strasse. In einen unsaubere und dunkele Innenhof, ein paar Tische. Am Eingang, Nuddeln in einem Wok, und Fleisch auf dem Grill. Und, arabische Musik.. auf chinesich !!! Also, mindestens glaube ich es erkennen... Es gibt auch Huiminjie, natürlich. Die Hui Strasse im Stadtzentrum. Turistisch. Wunderbar am Nacht. Die Tischen sind raus, und die Restaurant auf der Strasse. In dieser Viertel, findet sich auch die Grosse Moschee. Ich bin da drei mal gewesen. Die blaue Ziegel, die Bäumen, die Blumen. Ein "arabiesierte" chinesische Temple. Ruhig, und viel Kühler als das "xi'annerische" Ofen.


















portailMais ce que j'aime aussi en chine, ce sont les trucs moches, qui sont très chinois, d'ailleurs ! Les bâtiments d'habitations, par exemple, sont souvent moches. Des rangées de bow-window sur 30 étages, des blocs de clim accrochés à la facade, et puis, le "must", le détail simili-européen, qui montrera ostensiblement à chacun, que les habitants de ce bloc sont riches, beaux et intelligents (en chine, c'est pas séparable...). Et bien sûr, un porche digne de ce nom !






renderingDie Hessliche Dinge mag ich auch sehr gern in China. Die Wohnungsbau, zum Beispiel, sind sehr oft hesslich. Eine reihe von 30 Bow-window, die Klimaanlage auf die Fassade gehängt, und das Beste, das halb-europäische Detail. Es wird an Jede deutlich zeigen, dass die Einwohner sind reich, schön und klug (in China, nicht trennbar...). Und natürlich, eine schöne Eingang !



urba_1
IMG_2957














Posté par numerobisenchine à 12:54 - Commentaires [0] - Permalien [#]

15 mai 2008

Ich habe mich gefragt : soll ich etwas sensationell über dem Erdbeben schreiben ? So weit ich weiss, gab es kein Tote in Xi'an, und nur ein paar Risse in einigen Gebäude. Im Sichuan ist die Situation dramatisch, und noch heute gefährlich.  Aber die westliche media haben sich um Beijing und Shanghai SorgeN gemacht. Wird die CCTC durchhalten ??? (Hallo ! Glücklicherweise steht sie noch!). Die beide Megalopole liegen am 1500 km von Chengdu (so, grop). Xi'an, am 920km. Da ich Angst bekommen habe, will ich darüber erzählen.

 

Gegen 2.30 am Nachmittag, etwa müde von mein Nuddle portion, ich mache etwas in 3d in Allplan (ihr versteht nicht ? das macht nix). Ich fühle leichte Beben. Bestimmt die Baustelle, im Keller. Und, der Kolleg, der neben mir sitzt, steht half auf, wartet und läufst plötzlich ganz schnell draußen. Ich verstehe nicht. Ich stehe auch auf. Ein paar andere auch. Die Sekrätarin kommt rein, und sagt was laut auf chinesich. Alle Leute gehen raus. Ich folge. Einigen lächeln. Einigen eilen sich ein Bißchen. Ich weiss nicht ob, etwas schlimm grade passiert ist, oder ob, alle etwas ganz interessant draussen gucken wollen. Ich frage Ying : was ist los ? "Erdbeben". Ich bekomme Angst. Ich hatte vergessen, dass ich in China wohnte. Im Eingang fühlt man schon dass, das Boden nicht gerade ganz stabil ist. Draussen bekomme ich die Eindruck, dass ich auf einen Boat stehe. Ich nehme wahr, dass es ein Erdbeben ist. Das Meer ist aber nicht stürmisch. Das Erde macht kein Lärm. Wir warten. Die Türmen bewegen. Die Lampe auf der Strasse bekommen starke Bewegungen.  Ich gucke die anderen an. Zum verstehen, ob es schlimm oder nicht. Ich weiss nicht, dass sie es nicht wissen. Einigen weiteren zu lächeln. Einigen reden. Einigen versuchen zu telefonieren. Eine frau sitzt, das Kopf in die Hände. Irgendwann sag ich mir selbst : Die Erde ist denn nicht so stabil als, was ich immer gedacht habe. Es ist wahnsinn, dass sie so einfach sich bewegen kann. An den Moment, bin ich davon echt überrascht. Ich stelle viele Frage an Ying. Natürlich weiss sie nix. Ich bemerke nicht, dass sie auch sehr Angst hat. Eine Kollegin, die Englisch spricht, nimmt den zeit, um mich zu fragen, ob ich ok bin. "I'm afraid". Niemand sieht Angst zu haben aus. Nur etwa verwirrt.  Während die Chinesen verstecken ihren Emotion, brauche ich in Ruhe zu erklären, dass ich Angst habe. Ich würde hören : ich auch, würde es mir beruhigen. Es beruhigt sich. Insgesamt hat es 5 minuten gedauert.

   Jetzt suchen die Leute einige Infos zu haben. Wo war das Erdbebezentrum überhaupt ? Ich denke am Anfang, dass es in Xi'an ist... Wir rufen die Familie, die Freunde (also, die chinesen, meine ich). Ich bleibe mit Ying und fragt nach die Übersetzung jedes Wort jedes Mensch. Eine hat ihre Familie in Xianyang (40km von Xi'an), wo das Erdebeben stärker gefühlt wurde. Also, das Epizentrum ist in Xianyang ? Nein. Trotzdem, alle Leute lächeln. Alle sind bleiben eigentlich ganz ruhig. Wir sitzen auf den Grass. Die Chinesen bleiben im Schatten, natürlich. Wir quatschen. Einige spielen Karten, oder Badminton, basketball... Wir erfahren, dass das Beben auch in Beijing und Shanghai gefühlt würde. Einigen fragen mich, ob es mein erste Erdbeben ist. Hallo ?!? Was IST diese verrückte Frage ? Xi'an ist ein Erdebeben gebiet. Da haben alle meinen Kollegen, schon so was erfahren. Naiv, frage ich : "so auf was warten wir denn ? Wir konnten schon ins Büro wieder sitzen, oder ?" Ying : "nah, wir warten auf die nächste". euh ? Ein Kolleg sagtmir : "Nah? ich hatte dir über die Baukonstruktionsnormen wegen Erdbeben in Xi'an, ah ah ah, mein gott ! das war ein !". Er lacht. Wir erfahren dass, das Epizentrum in Sichuan war.

 

Gegen 16.30, wir gehen ins Büro rein. Niemand arbeitet, alle suchen nach Infos in Internet. Ich sehe, dass mein Nachmittag ist die "une" von lemonde.fr. Starke Erdbeben im süd-westen von China. Ein Typ sagt, dass das "Erdbebenbüro" (was ??) wartet auf einen Nachbeben diese Nacht. Ein viertel stunde später kommt die Sekrätarin und sagt was. Alle Leute gehen raus (ich folge) und fragen ihr worüber es geht. Sie, etwa genervt, aber immer am lächeln:"ich weiss nicht ! Alle müssen raus!". An den Moment kriege ich Angst. Ich dachte, es war fertig ? Wir warten, mit Sorgen, denn ruhigend, und endlich lächeln wir wieder. Die Kartenspieler weiter das untergebrochen Spiel. Yuanli erzählt mir über die Geschichte des Erdebebens in China. Und dann, sagt mir, dass, er in seiner Wohnung war, wenn es zu beben begonnen hat. Er ist rausgelaufen ohne Hose und mit die Schuhe in der Hand. Ach so. Das war denn doch ernst. Er hat auch sehr Angst gekriegt.

 

Der Tag danach morgen früh waren 10 000 Tote in Sichuan gezählt.

Posté par numerobisenchine à 15:05 - Commentaires [0] - Permalien [#]