15 mai 2008

    Je me suis poser la question : dois-je écrire un article à sensation sur le tremblement de terre de lundi ? A ce que je sache, il n'y a pas eu de morts à Xi'an, et certainement très peu dans le Shaanxi, province voisine du Sichuan, quelques fissures, dans quelques bâtiments. C'est dans le sichuan que la situation est vraiment dramatique et reste dangereuse. Mais les médias occidentaux s'excitent à parler de Pékin et Shanghai, à s'inquiéter pour la CCTV (Non, mais HEUREUSEMENT, qu'elle n'a pas cillé celle-là !). Les deux mégalopoles sont à 1500 km environs de Cheng du. Xi'an à 920km. Et parce que j'ai eu peur, je veux rectifier le tir.

    Vers 2h30 de l'après-midi, somnolente après un bol de nouille, je fais de la 3d sur allplan (vous comprenez pas ? c'est pas grave). Je sens de légers tremblements qui commencent. Je me dis que ce sont les travaux de l'étage en dessous. Et puis mon voisin se lève à demi, attentif, tourne légèrement la tête. Les tremblements continuent. Il se lève et part en courant. Je pense maintenant qu'il avait compris, et voulait peut-être aller chercher sa copine en haut. Je ne comprend rien, mais je me lève aussi, un peu inquiète, comme quelques autres. La secrétaire arrive et crie quelque chose en chinois, juste pour nous avertir, elle n'a pas l'air effrayée. Tout le monde sort. Je suit le mouvement. Certains se hâtent, certains sourient. Je ne sais pas si quelque chose de grave est en train de se passer, ou s'ils veulent juste assister à quelque chose de spectaculaire dehors (inauguration d'un bâtiment ? ). Je demande à ma collègue Ying, qui parle allemand, ce qui se passe. "tremblement de terre". Là, je commence à m'inquiéter. Dans l'entrée, on sent déjà que le sol n'est pas très stable. Dehors, j'ai l'impression d'être sur un bateau. Je prend alors conscience que c'est un tremblement de terre. Mais la mer n'est pas déchainée. La terre ne craque pas. On attend. Les tours penchent, à droite, puis à gauche. Les lampadaires aussi. On perd un peu l'équilibre. Je scrute les autres. Quelques personnes continuent de sourire. Certains parlent. Certains essaient de téléphoner. Une femme est assise, la tête entre les mains. A un moment, je me dit : la terre n'est donc pas si stable que ce que j'ai toujours cru. Je suis vraiment étonnée. J'assaille Ying de questions, en essayant d'être calme. Elle ne sait rien bien sûr. Je ne remarque pas qu'elle est, elle aussi effrayée. Une amie qui parle anglais, Liang, prend le temps de me demander si je suis ok. I'm afraid. Personne n'a l'air effrayé. Juste interloqué. Alors que les chinois cachent leurs émotions, moi j'ai besoin de déclarer calmement que j'ai peur. Quelque part, si on me disait : moi aussi, ca me calmerait. Elle va chercher sa mère et son mari, le téléphone à l'oreille.  Et puis ca se calme. Ca se finit par de légers mouvements horizontaux. Je pense qu'en tout, ca a duré 5 minutes.
    Maintenant, les gens cherchent à avoir des informations. Où est l'épicentre ? On appelle des amis, la famille. Je reste avec Ying et lui demande à chaque parole de chacun : qu'est ce qu'il-elle a dit ? J'essaie de dire à mon collègue (le premier parti) qu'il est parti très vite. Sa copine qui parle un peu francais lui traduit, en se foutant de sa gueule. On rigole. Une ingénieure a sa famille à Xianyang, à 40km de Xi'an, où la secousse a été plus violente. Les gens ne pouvaient pas se déplacer. L'épicentre est à Xianyang ? Non. On dit qu'à Xi'an, les tremblements sont de 4 sur l'échelle de Richter. Tout le monde sourit en parlant. Tout le monde est très calme, depuis le début d'ailleurs. On va s'assoir dans l'herbe. Cool, je vais bronzer un peu mes gambettes d'oie ! Tous les chinois reste à l'ombre, bien sûr. On continue à parler, mais pas seulement du tremblement de terre. Certains jouent aux cartes, jouent au badminton ou au basket. On nous dit que la secousse a également été ressentie à Pékin et à Shanghai. Je fait une blague sur la CCTV. Les poissons du bassin reste au fond de l'eau. Quelques-uns me demandent si c'est mon premier tremblement de terre. C'est quoi cette question de fous ???? Xi'an en a déjà connu de nombreux. Et puis naivement, je demande : bon bah, qu'est-ce qu'on attend pour rentrer dans le bureau ? Ying : on attend la prochaine secousse. Ah bon ? Pas rassurante, rassurante la Ying... Je vais voir Liang qui m'accueille souriante. Son mari, Yuanli me parle, très sympa, rit aussi. " Tiens je te parlait des normes de construction à cause des tremblements de terre ici, et les montagnes qui ont changé de forme...hahahaa, oh my god, that was an earthquake!" En riant. Son frère arrive en voiture. Il avait un examen. Il rigole, fait une blague, tout le monde est mort de rire. Son examen est annulé. On sait maintenant que l'épicentre est dans le Sichuan.
    Vers 16.30, on rentre. Personne ne bosse, tout le monde regarde internet. Je découvre que mon après-midi fait la une du monde.fr. Violent séisme dans la sud-ouest de la chine. Un mec dit que le bureau des tremblements de terre (quoi ???) s'attend à une réplique entre 22h et minuit. 1/4 d'heure plus tard, la secrétaire arrive et annonce quelque chose. Tout le monde sort, et au passage l'assaille de questions. Elle répond mi énervée-mi souriante, toujours très gentille "Je ne sais pas ! faut juste que tout le monde sorte". Là j'ai peur. Je croyais que c'était fini ? Et puis dehors on attend, inquiet, puis calme, puis souriant. On ressort les jeux de cartes. Yuanli me fait l'historique des tremblements de terre en chine. Me raconte en riant qu'il est sorti de son appart en enfilant son pantalon et en chaussettes. Ah, alors c'était sérieux. Lui aussi, il a eu très peur. Vers 18h, les gens rentrent chez eux.
    Rassurée, je vais manger avec des amis. Alors, vous étiez où quand c'est arrivé ? Dans un bus. Dans un café. Je n'ai rien compris de ce qui se passait. Tout bougeait. Il y avait des petites Fuyuan (les serveuses) qui pleuraient. On rentre en bus ensemble. J'ai peur, je ne veux pas dormir seule. Sophie, une copine francaise : euh moi, chui contente si je ne suis pas seule dans mon appart ce soir. Bon. Sur le chemin, en périphérie de Xi'an on voit beaucoup des gens qui s'installent sur le trottoir, sortent des matelas, des couvertures. Il y a même des gens sur un rond-point ! En arrivant à l'appart, on lit tout ce qu'on peut sur le séisme. Attend-on vraiment des répliques ? On découvre qu'il y a plus de 8000 morts dans le Sichuan. En se couchant on se dit ce qu'on doit faire en cas de réplique. Je dors très mal, croit sentir des tremblements toutes les 10 minutes. Vers 4h du mat, je me réveille en sursaut (littéralement): Sophie, ca a tremblé! "Hm, attend, mais non, en tous cas, là ca tremble plus". Je me lève, déséquilibrée (j'attribue  mon déséquilibre à ma fatigue), pour regarder par la fenêtre. Il y a des gens aux fenêtres, et dehors. Ils parlent. Comment on dit tremblement de terre en chinois ? Rien ne bouge. Je vais me recoucher. N'empêche les gens parlent dehors. Le lendemain au bureau, on me dit que l'immeuble a été évacué vers 4h du mat. Une réplique. Le bilan provisoire dans le Sichuan est de 10 000 morts.

Aujourd'hui, j'ai demandé à quelques collègues s'ils ont eu peur lundi. "Oui"."j'ai eu très peur". "J'ai très mal dormi". hé bah. Ils ont eu du sang froid. Très anglais, ces chinois.

Posté par numerobisenchine à 00:19 - Commentaires [2] - Permalien [#]


Commentaires sur Je me suis poser la question : dois-je écrire un

    Merci pour ces quelques nouvelles.
    Nous sommes tout juste de retour en France après un séjour de deux semaines en Chine,plus particulièrement à Pékin et Xi-AN. Nous avons beaucoup apprécié, nous sommes restés deux jours à XI-AN, je cherchais à savoir ce qui s'y était passé pendant le tremblement de terre. Nous avions rencontré des gens toujours souriants, c'était très agréable.

    Posté par Lilas, 16 mai 2008 à 17:30 | | Répondre
  • et alors ? on n'écrit plus ? Nous, on l'aime, ton blog, "numerobis"!

    Posté par Yvette, 27 mai 2008 à 15:56 | | Répondre
Nouveau commentaire